L'ANIMATION SOCIOCULTURELLE

Accueil ] Remonter ] SARAGOSSE - octobre 2011 - Introduction ] SARAGOSSE - Octobre 2011 - Conclusion ] BARCELONE - 11 mars 2011 ] BEJAR-PLASENCIA - octobre 2008 ] PORTUGAL - Avril 2007 ] RECIFE - Novembre 2007 ] PORTUGAL - 28-29 mars 2007 ] SALAMANQUE - 19-20-21 Octobre 2006 ] RIO -Juin 2006 ] CHAVES - Avril 2006 ] SAO PAULO - Sept 2005 ] MONTEVIDEO - mai 2005 ] MADRID - mars 2004 ] MEDELLIN - juillet 2003 ] GIJON - novembre 2002 ] LES RELATIONS DIFFICILES... ] [ L'ANIMATION SOCIOCULTURELLE ] QUELLE THEORIE POUR L'ANIMATION ] L'ORIENTATION DE LA RECHERCHE ] LA DEMARCHE PRAXEOLOGIQUE ]

L’animation socioculturelle

 Ce terme fait partie de ces notions glissantes et ouvertes dont il est difficile de cerner le sens, à supposer qu’il n’en ait qu’un.

 Historiquement et idéologiquement, elle est héritière des mouvements d’Education populaire des 19è et 20è siècles, visant par un accès enfin possible à la culture, à former des citoyens adultes, responsables et critiques.

Pédagogiquement, elle est issue des courants psychosociologiques valorisant le groupe comme lieu d’expression et de créativité.

Sociologiquement, elle est révélatrice de la montée en puissance de la civilisation des loisirs.

Culturellement, elle est l’expression des couches moyennes montantes dans les années 60-70.

 Aujourd’hui, après 30 ans d’existence, elle est devenue à la fois un système avec ses institutions, ses équipements et ses acteurs : c’est un ensemble intermédiaire d’action et de développement intervenant sur le triple registre de la régulation, de la promotion et de la valorisation dans des situations où les enjeux sont à la fois culturels, sociaux, économiques et politiques.

 On parlera donc désormais de la profession d’animateur tout court (et non plus d’animateurs socioculturels) pour désigner des professionnels salariés essentiellement du secteur associatif et des collectivités territoriales (avec des statuts, des qualifications et des formations multiples).

 Une théorie de l’animation relève autant d’une science de la conception (du projet à venir) que de l’analyse (du projet réalisé).

 En conclusion, le système d’animation est à la conjonction d’organisations de jeunesse et d’éducation populaire et d’institutions publiques. Ces deux ensembles s’interpénètrent plus qu’ils ne se succèdent et c’est au terme d’un mouvement qui fait se rencontrer ces acteurs publics et privés qu’il est possible de préciser les éléments constitutifs du champ de l’animation, dans un contexte socio-historique donné.

 L’animation, comme praxis, signifie qu’elle est une action dépendante du passé, mais ouverte à un avenir, à une historicité. Elle est donc un lieu de conflits sur son sens, ses finalités et ses enjeux.

courrier  : jeanclaudegillet@free.fr / Web : http://jeanclaudegillet.free.fr / http://colloque.cs.free.fr
Accueil ] Remonter ] SARAGOSSE - octobre 2011 - Introduction ] SARAGOSSE - Octobre 2011 - Conclusion ] BARCELONE - 11 mars 2011 ] BEJAR-PLASENCIA - octobre 2008 ] PORTUGAL - Avril 2007 ] RECIFE - Novembre 2007 ] PORTUGAL - 28-29 mars 2007 ] SALAMANQUE - 19-20-21 Octobre 2006 ] RIO -Juin 2006 ] CHAVES - Avril 2006 ] SAO PAULO - Sept 2005 ] MONTEVIDEO - mai 2005 ] MADRID - mars 2004 ] MEDELLIN - juillet 2003 ] GIJON - novembre 2002 ] LES RELATIONS DIFFICILES... ] [ L'ANIMATION SOCIOCULTURELLE ] QUELLE THEORIE POUR L'ANIMATION ] L'ORIENTATION DE LA RECHERCHE ] LA DEMARCHE PRAXEOLOGIQUE ]
Conception du site (c) 2002-2011  jeanpierre.descamps@amitel-communication.fr & dd / association AMITEL [communication évènementielle - formation - animation - conception - création - multimédia NTIC]
cliquez sur ce lien pour écrire au webmaster